Affrontement àTchiky: Les gardes du corps de Sonko jugés aujourd’hui à Mbour

0

SENKABARU – C’est un jour de vérité. Les cinq gardes du corps du leader de Pastef arrêtés suite aux incidents qui avaient émaillé le 30 octobre dernier à Tchiky l’étape du Nemeeku Tour, sont jugés ce mardi au Tribunal de Mbour. Pour parer à toute éventualité, la Police a mis en place un impressionnant dispositif de sécurité aux alentours et à l’intérieur du Tribunal d’Instance de Mbour où ce procès annoncé sous haute tension va se tenir. C’est le 3 novembre dernier, jour de l’audition au Palais de justice de Dakar de leur patron, que la bande à Momo Kâne a été arrêtée sur ordre du Procureur près le Tribunal de Grande Instance de Mbour, Mamadou Diop. Le parquet dans un communiqué, avait fait la genèse de cette affaire aux relents politiciens. « Dans l’après-midi du 30 octobre 2022, vers 18 heures, des incidents sont survenus au village de Tchiky, situé dans la commune de Diass, dans le département de Mbour. Ces incidents ont opposé certains éléments qui assurent la sécurité de Monsieur Ousmane Sonko, Président du Parti politique Pastef Les Patriotes à des personnes présentes aux environs de l’endroit où ils étaient positionnés à l’intérieur du village au moment du passage de leur convoi. Malheureusement, ces incidents ont occasionné des blessures à des personnes. Trois des victimes se sont déjà présentées à l’unité d’enquête avec un certificat médical constatant des blessures ayant entraîné une incapacité totale de travail personnel pendant 21 jours pour les deux et un certificat médical constatant des blessures ayant entraîné une incapacité totale de travail personnel de 45 jours pour la troisième. D’autres personnes ont aussi déposé plainte pour destruction de leurs biens. Au regard de l’extrême gravité des faits dénoncés, une enquête a été immédiatement ouverte et les résultats obtenus ont conduit à l’arrestation de personnes formellement identifiées comme étant les auteurs d’actes de violences ayant occasionné des blessures graves à des personnes et de destructions de biens d’autrui », s’était fendu le Procureur qui soulignait des faits « d’une extrême gravité ».

Restons toujours avec ce procès des gardes du corps du président de Pastef. Plus connus sous les sobriquets ou diminutifs suivants, les nommés Limousine, Boye, Diaw, Momo Kâne et Petit, seront fixés sur leur sort au terme d’un procès sous haute tension. Pour preuve, c’est un impressionnant dispositif de sécurité qui est mis en place aux abords du tribunal de Mbour. Il faut signaler que dans cette affaire, après les plaintes déposées par l’Apr ayant conduit à l’arrestation des cinq gardes du corps d’Ousmane Sonko, le Pastef par le biais de Me Abdoulaye Tall a lui déposé trois plaintes contre des militants de l’Apr. C’est d’ailleurs suite à ces plaintes que l’un des blessés, en l’occurrence Omar Ndione a été arrêté, auditionné deux fois, avant d’être écroué. Il est considéré par les militants de Pastef comme l’instigateur des violences qui ont eu lieu le 30 octobre dernier dans le village de Thicky.
Le Témoin