Afrique du Sud: L’université du Cap partiellement touchée par un violent incendie

0

SENKABARU – Plusieurs bâtiments historiques ont été détruits dans le grand incendie qui s’est déclaré au cours du week-end dans la ville sud-africaine du Cap, sur Table Mountain. Des milliers d’étudiants ont également dû quitter leur lieu de résidence. Selon les autorités de la ville, un homme présumé responsable de l’incendie a été interpellé. L’homme, âgé d’une trentaine d’années, a admis avoir allumé un feu. Il est accusé d’incendie criminel.
Parmi les bâtiments touchés, une bibliothèque contenant de précieux ouvrages historiques et le plus ancien moulin à vent du pays (datant de 1796), ont été la proie des flammes. Dans la bibliothèque de l’université, “des trésors littéraires ont tragiquement disparu”, mais “certaines des œuvres les plus précieuses ont pu être sauvées grâce à l’activation de portes roulantes”, a indiqué la ville dans un communiqué.
“Cet incendie va nous occuper pendant des jours”, a jugé Philip Prins, de l’administration du parc Table Mountain, qui est une réserve naturelle protégée. 
ÉvacuationsDes centaines d’étudiants avaient quitté à pied leurs résidences, marchant le long de la route principale pour échapper aux fumées et trouver refuge, selon des journalistes de l’AFP sur place. Ils ont tous été évacués dans la soirée.
Le Parc national de Table Mountain, qui s’étend sur une bonne partie des zones non construites de la ville, avait demandé dans la matinée, notamment sur les réseaux sociaux, aux randonneurs d’évacuer immédiatement la zone et aux automobilistes de venir chercher leurs véhicules garés à proximité.
Les flammes attisées par le vent De forts vents ont encore attisé le feu lundi, ce qui pose un problème évident pour les pompiers présents sur place. “Il y a eu des vents entre 45 et 50 km/h”, a ajouté M. Prins à la chaîne de télévision eNCA. Plus de 120 pompiers ont été déployés tout au long de la nuit. Deux d’entre eux ont été blessés. 
Les autorités ont quant à elles demandé à la population de ne pas se rendre dans le centre-ville, menacé par l’incendie.