Amendes aux opérateurs: les agents de la Sonatel bloquent la VDN et déclarent la guerre à l’ARTP

0

Ils étaient en brassards, en tee-shirts rouges. La détermination en bandoulière, cadres et agents simples de la Sonatel ont déserté leurs bureaux de la direction générale sur la VDN pour hurler leurs courroux contre l’ARTP. Le 14 décembre dernier, l’ARTP a infligé des sanctions pécuniaires aux trois opérateurs de télécommunications pré- sents dans notre pays à savoir Orange, Free et Expresso. Mais c’est surtout l’opérateur historique — la Sonatel — qui a subi le glaive de l’ARTP puisqu’il a été sanctionné à hauteur de 3 % de son chiffre d’affaires soit un montant de 17 milliards de frs. Raison invoquée : défauts de qualité du service.

Mouhamadou Lamine Badji, secrétaire général du Syndicat des travailleurs de la Sonatel, a porté la parole de ses camarades. « Nous avons cherché à mobiliser le personnel ce mardi 28 décembre pour dénoncer l’amende irrégulière de l’ARTP. Le mot d’ordre est lancé. Nous ne nous battrons pas seulement au sein de l’entreprise, mais aussi dans la rue parce que c’est le seul message que les autorités comprennent. Notre plan d’actions sera déroulé si nous ne sommes pas entendus par les autorités. Nous sommes prêts à aller rendre visite à la direction générale de l’ARTP. S’ils veulent un dialogue, nous dialoguerons. Nous demandons plus qu’un dialogue. Nous demandons un débat public. Que nos ingénieurs et leurs ingénieurs se frottent. Nous allons démontrer point par point que toute cette amende est une opération d’arnaque, de racket à l’endroit de l’opérateur Orange » a soutenu Mamadou Lamine Badji.

Poursuivant sa harangue, le leader syndicaliste précise dans les colonnes du Témoin, que « concrètement nous demandons l’annulation de l’amende qui est irrégulière et injuste. L’amende dit qu’on a un défaut de qualité de service. C’est un bon alibi pour convaincre les Sénégalais. En réalité, les opérateurs n’ont pas pour vocation d’aller couvrir le Parc de Niokolokoba. Ils ont vocation à couvrir des zones bien identifiées que l’Etat du Sénégal avec les opérateurs a contractées. L’ARTP a fait des mesures dans d’autres zones pour dire qu’on n’a pas une bonne qualité de réseau. Nous pouvons démontrer véritablement qu’ils se sont trompés. Si l’ARTP est de bonne foi et si elle est convaincue que nous avons tort et que notre réseau est de mauvaise qualité, elle ne devrait pas avoir peur d’aller vers un débat public. Si l’ARTP insiste malgré nos considérations, nous allons nous battre. Dès ce mardi 28, nous allons déclencher une procédure pour aller en grève et nous serons dans la rue et nous allons déposer une demande pour une marche ».

PressAfrik