Attaque aux chefs d’Etats africains: Kémi Séba condamné à deux mois avec sursis.

0

L’activiste franco-béninois qui a défrayé la chronique cette semaine en s’attaquant aux chefs d’Etat de la sous-région ouest-africaine pour leur supposée soumission au diktat de la France devrait recouvrer la liberté dans les prochaines minutes si ce n’est déjà le cas.  

Au terme de son procès tenu ce jeudi 26 décembre après 6 jours de garde à vue à la gendarmerie de l’aéroport de Ouagadougou, il a écopé de deux mois avec sursis, en plus d’une amende de 200 00 francs. Le procureur avait requis deux ans de prison avec sursis et deux millions d’amende. 

Questionné par le représentant du ministère public sur les mots déplacés qu’il aurait tenus à l’encontre du président Kaboré, chef de l’Etat du Burkina, Kémi Séba a réfuté le terme d’outrage. L’activiste qui dirige l’organisation « Urgences panafricanistes » estime qu’il a juste dit le cri de douleur des masses africaines.  

En accord avec ses convictions, Kémi Séba est d’avis que le Burkina Faso n’est pas une terre de liberté et fait savoir que son arrestation et son procès pour outrage aux présidents en est la parfaite illustration. Il a aussi dénoncé le deux poids deux mesures dont la justice burkinabé aurait fait montre dans cette affaire. Pour lui, le président americain a qualifié les pays africains de « pays de merde » sans être convoqué. 

Dakarmatin