Audition: Babacar Diop et le juge «se sont livrés à un débat philosophique de haut niveau»

0

Comme annoncé dans la presse, une partie des marcheurs arrêtés, le 29 novembre dernier, devant les grilles du palais présidentiel au cours d’une manifestation contre la hausse de l’électricité, a défilé, ce mercredi, devant le juge d’instruction.

Il s’agit de Babacar Diop, leader des Forces démocraties sénégalaises (Fds), de Malick Diallo (qui, souffrant de maux de vente, était interné au pavillon spécial de l’hôpital Le Dantec), d’Ousmane Sarr, qui s’est lui-aussi blessé, dans la matinée, et de Souleymane Djim (qui avait bénéficié d’une liberté provisoire).

Joint par Seneweb, Me Khoureychi Bâ, un des avocats des prévenus, révèle que le docteur en philosophie, Babacar Diop et le juge instructeur, «se sont livrés à une partie de débat philosophique de haut niveau autour des questions de la légitimité et de la légalité de la marche».

La robe noire a cependant informé que les auditions se sont déroulées de manière «détendue» autour de l’élément moral de la manifestation qui leur a valu leur incarcération.

«Audition nulle»

Toutefois, Khoureychi Ba n’a pas manqué de souligner que l’audition de ses clients ne s’est basée sur aucun fondement juridique.

Il dit : «Leur audition d’aujourd’hui est nulle, parce que l’avocat doit être informé au moins 48 heures avant le rendez-vous pour se préparer davantage.
 Or, on nous a informés, il y a moins de 10 heures de temps».Mais, l’avocat «espère» que ce sera le moment pour le parquet, qui avait requis le mandat de dépôt, de «corriger son erreur».

«Leur interpellation dans ces conditions alors qu’ils exerçaient un droit constitutionnel est un défi au droit, un outrage à la démocratie et une offense au peuple sénégalais», a-t-il martelé.

Avant d’ajouter : «Il est grand temps de stopper ce jeu d’emprisonner dans ces conditions, il est temps qu’on donne une autre image à la justice».

Car, fulmine Ba, «quand les gens sont contents, ils jubilent jusque devant les grilles du palais présidentiel et quand ils ne sont pas contents, on le leur interdits

Seneweb