Augmentation des prix des denrées: La première nécessité monte

0

SENKABARU – Le Ramadan est un mois où la dépense quotidienne est multipliée par deux. Malheureusement cette année, le jeûne coïncide avec la pandémie du coronavirus qui a fortement impacté l’économie nationale. Comme si cela ne suffisait pas, les  prix des denrées de première nécessité ont connu une hausse. Une équipe de PressAfrik s’est rendu au marché Castor, très fréquenté par les ménagères en pareille période. Ici, l’on constate que les prix du Kilogramme de viande du mouton, du bœuf, le sac de riz ainsi que le bidon d’huile, ont connu une hausse exorbitante. Une cherté qui pèse lourd sur le panier de la ménagère. (Reportage)

Il est 11heures. Le marché Castor est bondé de monde comme chaque période de ramadan. Interrogés tous les vendeurs ont  emprunté le même langage : « la cherté des prix des denrées de première nécessité ».

Trouvé devant son étale,  Sidy G. Mbaye, un boucher de profession confirme cette hausse: « Je vends à 3 200 F CFA le kg de viande de bœuf. Pour celle du mouton le kg, je le vends à 4 000 F CFA. Actuellement, le prix de la viande a augmenté. Avant le ramadan, je vendais le kg à 3 000 F CFA ».

Même son de cloche pour le boucher Ibrahima Diouf alias Seck Ndanane. « Nous vendons le kilogramme de la viande de bœuf à 3 200 voir 3 300 F CFA. Cela varie. Nous achetons à 3 000 pour chercher un bénéfice de 200, 300 jusqu’à 400 F CFA. Pour ce qui est de la viande de mouton, c’est encore plus cher. Actuellement, nous achetons le kg à 3 500 F CFA pour pouvoir revendre à 4 000 F CFA ou 4 800 F CFA. La viande de mouton est chère surtout avec l’événement (Korité) qui approche. Avec l’approche de la Korité, vous allez voir des gens qui vont vous vendre le kg à 5 000 F CFA ou 6 000 F CFA. La vie est chère, on ne sait pas si c’est à cause de la pandémie. Il n’y a même pas de poulet », confirme M. Diouf.