Bavure policière à Nietty Mbar: les organisations de défense des droits de l’Homme condamnent et avertissent les autorités

0

L’affaire opposant la police de Thiaroye et la famille Gningue fait sortir les organisations de défense des droits de l’Homme de leurs gonds. La Ligue Sénégalaise des Droits Humains (LSDH), la Rencontre Africaine pour la Défense des Droits de l’Homme (RADDHO) et Amnesty International Sénégal, déplorent les actes de violence perpétrés par des agents de la police nationale, en tenue civile, dans le domicile de l’Imam Ratib de Djidah Thiaroye, dans la nuit du vendredi 1er avril 2020, dans un communiqué. 

« Selon des témoins interrogés par nos organisations, la police a fait irruption dans la maison peu après 20 heures alors que la famille s’apprêtait à effectuer la prière du soir, à la recherche d’une personne qui aurait pratiqué une activité sportive dans la rue en violation du couvre-feu », ont fait savoir ces organisations. 

Et, ont-elles informé : « des actes de violence inouïe, y compris sur des personnes âgées, ont été perpétrés lors de l’arrestation d’un membre de la famille, M. Oumar Gningue, maître coranique et lui aussi imam d’une mosquée du quartier. Il est depuis lors placé en garde à vue au commissariat de police de Thiaroye ».

 Me Assane Dioma Ndiaye, Président LSDH, et ses camarades ont révélé qu’ils ont été saisis pour les mêmes faits dans les localités comme Touba et Bambey depuis l’instauration de l’Etat d’urgence le 23 mars 2020. 

 Ils appellent « les autorités étatiques à donner des instructions fermes aux forces de défense et de sécurité pour que cessent les atteintes répétées à la dignité et à l’intégrité physique des personnes lors des opérations de mise en œuvre du couvre-feu ». 

Ils sont d’avis que tout usage de la force doit être absolument nécessaire, et strictement proportionné, pour procéder à l’arrestation de personnes opposant une résistance lors des interpellations.

Par ailleurs, ces organisations appellent les citoyens à se conformer aux lois et règlements en vigueur et de s’abstenir de tout acte de défiance envers les forces de sécurité.