Casamance : Trois bases rebelles du MFDC acceptent de déposer les armes

Après les femmes, le collectif des chefs de villages de la région sud, le Groupe de Réflexion pour la Paix en Casamance, avec à sa tête son coordonnateur Robert Sagna a rencontré les organisations des jeunes ce week-end, dans la salle de délibération du Conseil départemental de Ziguinchor, pour échanger, partager et faire avec eux le point sur le processus de paix en Casamance. Le ministre d’Etat Robert Sagna a saisi l’occasion pour révéler : «trois des quatre principales bases rebelles du maquis ont accepté de déposer les armes. Seul Salif Sadio a accepté un dépôt unilatéral des armes

Héritiers de la guerre en Casamance, les jeunes ont payé un lourd tribut dans le conflit armé casamançais qui a aujourd’hui duré 38 ans. Ces jeunes issus d’un collectif et qui étaient des trois départements de la région sud, ont ce samedi 22 février 2020, rencontré pendant plus de cinq heures de temps, dans la salle de réunion du Conseil départemental de Ziguinchor, les membres du Groupe de réflexion pour la paix en Casamance avec à leur tête son coordonnateur, Robert Sagna. Des jeunes qui se disent plus que jamais décidés à jouer leur partition dans cette recherche effrénée de la paix tant voulue et souhaitée par tous. «Nous sommes nés dans ce conflit et nous y avons tous grandiNous voulons, nous aussi, jouer notre partition dans cette recherche de la paix en Casamance mais aussi et surtout jouer notre part dans la relance des activités économiques et sociales», a dit Dame Bèye, le Secrétaire général du Conseil de la jeunesse de Ziguinchor. A l’en croire toujours, «nous sommes prêts à aller partout pour prêcher la bonne parole pour qu’enfin, la paix s’installe définitivement en Casamance», a indiqué M. Bèye. Saisissant l’occasion, Robert Sagna qui avait à ses côtés ses proches collaborateurs, leur a dit ceci: «La guerre est finie en Casamance et qu’il ne reste qu’à consolider la paix». Dansun débat franc, direct, sincère et sans langue de bois avec ces jeunes, Robert Sagna et le GRPC veulent penser et agir avec les jeunes afin que la Casamance puisse retrouver très rapidement une paix définitive. «Depuis le Président Abdou Diouf jusqu’au Président Macky Sall, je dois vous dire qu’il est de leur responsabilité et de leur Gouvernement de faire tout pour que la paix s’installe en Casamance. Aujourd’hui, c’est le Chef de l’Etat Macky Sall qui nous a donné mandat afin que nous puissions jouer notre rôle de facilitateur dans cette recherche de la paix dans cette région. Né en 1982, le conflit casamançais a aujourd’hui 38 ans. Le MFDC a pensé que la Casamance souffre de maux et que pour les régler, il faut passer par les armes», a expliqué Robert Sagna à l’endroit des jeunes. «Dans sa lutte, le MFDC est divisé en quatre (4) maquis. Des maquis qui sont rendus autonomes depuis la mort du prélat Abbé Diamacoune Senghor. Depuis l’arrivée de Macky Sall, il y a eu des avancées significatives dans le processus de paix. Il a tendu la main au MFDC pour une paix définitive en Casamance. Il a aussi privilégié le dialogue. Et depuis un certain nombre d’années, il y a une accalmie. Sur la situation actuelle en Casamance, trois camps ont accepté d’aller à la table de négociations avec le Gouvernement du Sénégal. Je vous dit par ailleurs que nous avons des documents qui tracent des voies et moyens pour aller à la table de négociations. Ces trois camps ont accepté de déposer les armes à l’exception du chef rebelle Salif Sadio qui a accepté un dépôt des armes unilatéral», a éclairé le maire honoraire de Ziguinchor. «Le maquis nous a convoqués en Guinée-Bissau et nous allons engager des discussions pour que, d’abord l’unité se fasse au sein du maquis. Depuis février 2019, il y a un respect des engagements au sein du MFDC. Les arrestations ont cessé et les membres et sympathisants du MFDC ne sont pas inquiétés s’ils ne sont pas armés. Le Chef de l’Etat Macky Sall est même prêt à accompagner l’insertion des anciens combattants du MFDC. De manière discriminatoire et positive, il a engagé des programmes spéciaux en Casamance dans plusieurs secteurs et domaines. Dans ce processus de paix, les jeunes ont leur place et un rôle important à y jouer. 80% du peuple du maquis sont des jeunes. Ils sont vos homologues et ils sont tous nés dans le conflit. Je vous invite à un dialogue sur ce problème car il n’est jamais trop tard pour bien faire. En rapport avec le GRPC, engageons un dialogue pour construire la paix en Casamance. Les combattants sont vos compatriotes, vos équivalents qui sont de l’autre côté et qui sacrifient leur vie et qui croient à quelque chose. Il y a d’autres voix pour régler nos problèmes et non par les armes», a précisé, à l’endroit des jeunes, Robert Sagna. Pour répondre, «nous allons, à partir de ce jour, porté en bandoulière la paix en Casamance. Nous sommes décidés à descendre dans le maquis pour discuter avec les combattants afin que cette paix que nous souhaitons tous, puisse s’installer définitivement dans notre région », a dit Talibé Diallo, le président du collectif.

IGFM

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*