Chine – Passeports expirés, Cartes bancaires bloquées: Les Sénégalais appellent à l’aide

0

SENKABARU – Les Sénégalais basés en Chine ne savent plus où se mettre la tête. Coupés au reste du monde depuis la fermeture des frontières chinoises en raison du Covid-19, ils font actuellement face à d’énormes problèmes liés à l’expiration de leur passeport et au blocage de leurs cartes bancaires. « Désemparés », ils demandent l’aide à l’Etat du Sénégal, dans un communiqué.

« Les Sénégalais en Chine rencontrent d’énormes problèmes actuellement liés à l’expiration de leur passeport. Nos cartes bancaires sont bloquées et actuellement on risque d’être en situation irrégulière car le service d’immigration de certaines provinces refuse désormais de délivrer les visas temporaires d’un mois qu’ils nous donnaient exceptionnellement depuis quelques mois », peut-on lire dans leur note rendue public. 

Ces Sénégalais dont la majorité sont des étudiants et commerçants informent qu’ils sont « dans l’impossibilité de renouveler nos passeports sur place car ni l’ambassade du Sénégal en Chine, ni le consulat du Sénégal à Guangzhou ne dispose d’un bureau à même de nous renouveler nos passeports ». Chose qui, selon eux, « est très déplorable vu l’éloignement de la Chine et la forte communauté sénégalaise y vivant ».

En raison des problèmes cités ci-dessus, leur déplacement vers le Sénégal serait très compliqué à gérer. C’est la raison pour laquelle, avancent-ils, « Nous voulions d’abord nous organiser pour cotiser et essayer de tout gérer nous-mêmes ». Mais, poursuivent-ils, « au dernier moment, l’Etat a décidé d’envoyer une mission officielle, ce que nous avions salué. Mais, depuis plus de 5 mois, cette mission tarde à venir malgré toutes les tractations entreprises çà et là ». 

Rappelant que la « première particularité du pays où ils sont est que la loi est au-dessus de tout », nos compatriotes reconnaissent tout de même que : « Les chinois ont fait ce qu’ils ne font jamais d’habitude : passer outre leurs lois pour nous délivrer des visas temporaires qui n’ont qu’une validité d’un mois renouvelable ».

Malgré cette solution provisoire, arguent-ils, « nos cartes bancaires sont bloquées rendant notre subsistance encore plus compliquée et certains qui travaillaient ont vu leur contrat résilié ». 

Pire, se désolent-ils, « Maintenant, les services d’immigration ne veulent même plus renouveler ces visas temporaires et la majorité d’entre nous risque d’être en situation irrégulière, sans argent (carte bancaires bloquées) et risquera la prison et la déportation ».

A les en croire, ils ne peuvent plus compter sur « une mission dont on ne sait pas la date de venue ».

Par conséquent, ils demandent « une dérogation, comme nous l’ont accordée les services d’immigration chinois, pour que nous puissions envoyer nos documents et que nos passeports soient confectionnés à distance, d’autant plus que si jamais une mission vient, elle devra observer une quarantaine d’au moins 14 jours avant de procéder à l’enrôlement. Nous ne trouvons aucun souci à ça puisque nous ne faisons que renouveler nos passeports et que nos données biométriques sont déjà dans la base de données de l’Etat ».