Comment 3 filles du centre Ginddi ont été entraînées dans une mafia du sexe

0
Cuisinier au chômage, S. Adamo s’est refait une santé financière dans les habits d’un proxénète aux commandes d’un business du sexe, fructifié sur la toile par des rencontres torrides entre clients nantis et prostituées de luxe. Pour satisfaire sa large clientèle en quête de «chair», il jette son dévolu sur trois jeunes filles du centre Guindi qu’il entraîne dans son «business».

L’atmosphère bon enfant qui prévaut au centre d’accueil, d’information et d’orientation pour enfant en situation difficile, est depuis quelques jours polluée par une sidérante affaire de mœurs qui implique trois de ses pensionnaires, naïvement entraînées dans un réseau de prostitution clandestine, par un ingénieux proxénète. S. Adamo a fructifié son business en s’attachant les services de proxénètes (hommes et femmes), pour mettre en place un fichier sélectif de nymphes, enrôlées suivant des critères de beauté, de sensualité…, à même de donner le tournis aux vicieux. Une liste qu’Adamo va élargir en jetant son dévolu sur trois jeunes filles du centre Ginddi. Dans son business, toutes les tractations ponctuées par un rendez-vous dans un appartement meublé à la Cité Mixta, s’effectuent sur la toile. C’est cette organisation huilée qui a été démantelée par la brigade des mœurs de la Sûreté urbaine de Dakar.

Igfm