Démission de Diouf Sarr: l’initiateur de la pétition se justifie dans sa lettre

0

«Monsieur le ministre, vous n’êtes pas sans savoir que votre dernière sortie aux allures blasphématoires, n’est restée insensible à l’endroit de tous les agents de santé épris de respect de la dignité humaine et de la justice sociale. Nous avons l’impression que vous dirigez un secteur que vous méconnaissez ou que vous ne maîtrisez guère. (…) Des qualités humaines, vous en disposez certes, mais depuis votre nomination au poste de MSAS du Sénégal en 2017, l’on a constaté des prises de position maladroites, à la limite insolentes, à l’endroit des agents de santé, allant de la gestion des urgences, de la pandémie et des CTE, à l’affectation des médecins dans les régions de notre bien aimé Sénégal, entre autres», lit-on dans la lettre partagée sur les réseaux sociaux.

L’auteur fait savoir à Abdoulaye Diouf Sarr que le Sénégal occupe la 173e place sur les 195
systèmes de santé étudiés dans le monde et classés par la prestigieuse revue The Lancet. Le Sénégal est également très loin des normes de l’Organisation mondiale de la santé (Oms).

 «Nous vous rappelons juste que pour le Sénégal, nous en sommes à 1 médecin pour 17 000 à 24 000 habitants, 1 Sage-femme pour environ 4 600 femmes en âge de procréer et i infirmier pour environ 8 700 habitants, (là où l’Oms recommande i médecin pour 5 000 à 10 000 habitants, une Sage-femme pour 300 femmes en âge de procréer et un infirmier pour 300 habitants ?). Saviez-vous également que l’OMS a dit 1 poste de santé pour 10 000 habitants, 1 centre de santé pour 50 000 habitants et 1 hôpital pour 150 000 habitants ? Toujours dans les rappels, au Sénégal, nous en sommes à 1 poste de santé pour 1150 habitants, 1 centre de santé pour 175 000 habitants et 1 hôpital pour 575 000 habitants. Trouvons l’erreur. Qui doit menacer qui ?.» Pour ces agents de santé, il n’est point question de manque de patriotisme ou d’esprit de sacrifice pour rejoindre les coins les plus reculés du pays. «Nous vous demandons de bien vouloir démissionner de votre poste de ministre et de laisser la place à une personne plus compétente et plus intègre que vous, qui saura « soigner la santé » de notre cher Sénégal.»

Adressée au président de la République, à la population sénégalaise, aux agents de santé, à la presse nationale et internationale, au ministère de la Santé et à l’Assemblée nationale, la pétition vise l’objectif de 1 000 signatures. Plus de 675 personnes avaient déjà signé en début de soirée hier.

PressAfrik