DIRECT Tribunal Dakar – Le présumé meurtrier de la Vice-présidente du Cese réclame ses 400.000

0

Les 400.000 FCFA évoqués par l’accusé du meurtre de la Vice-présidente du Cese à la Chambre criminelle de Dakar, ce mardi 7 janvier 2020 n’ont rien à voir avec ceux que les « Sénégalais » réclament à Aliou Sall dans l’affaire Petrotim

Samba Sékou Dia Sow alias Bathie, principal accusé du meurtre de Fatoumata Ndiaye, pour se disqualifier du délit de vol que le parquet a joint à son dossier, réclame les 400.000 qu’il avait remis à sa tante pour la dot de sa fiancée.

 » Fatoumata Matara Ndiaye m’avait remis 400.000 pour la dot de ma copine. Et cette argent, je l’ai remis à ma tante paternelle. Et comme, elle m’a sacrifié pour un meurtre que je n’ai pas commis, elle me rendra mes 400.000 qu’elle le veuille ou pas. Même mort elle me le rendra », a-t-il juré devant à la barre.

Le procureur Saliou Ngom de signifier à l’accusé de revoir ce prétexte qui ne tient pas. Parce que, lui rappelle-t-il: « vous avez déclaré dans le procès-verbal que vous maîtrisiez la chambre de défunte comme votre main. Là où elle gardait son argent et autres. Donc, vous êtes chargé de récupérer les versements et de recueillir l’argent des financements. Ce qui montre que vous avez un mobile financier pour tuer votre patronne. Mieux, vous deviez amener l’argent de la dot le 20 novembre ». 

Le chef des poursuites d’ajouter: « Les gendarmes, lors de leur perquisition ont trouvé dans votre armoire la somme de 327.000 francs juste au lendemain du meurtre qui a eu lieu le 19 novembre. Cette somme était la même qui se trouvait dans l’armoire de la défunte. Également, dans l’une de vos déclarations, vous avez également dit que vous avez ouvert l’armoire de votre patronne et au moment de prendre l’argent, Fatoumata Matar Ndiaye qui sortait de la douche, » m’a insulté en accusant de voleur. Et c’est de là que je l’ai poignardée sur la cuisse, avant de la plaquer au sol, comme j’ai fait 11 ans de Taekwondo pour l’égorger ensuite. »

L’accusé de rétorquer, sans ambage pour dire au procureur que tout ce qu’il avance est faux. Parce qu’il n’a jamais eu des problèmes d’argent pour tuer quiconque.

PressAfrik