Discours de Macky Sall à l’UA : Plaidoyer du chef de l’Etat pour la lutte contre le cancer

0

Le Sénégal assure à partir de ce samedi la présidence tournante de l’Union Africaine (UA). Le Président de la République, Macky Sall, a reçu les attributs du pouvoir des mains du Président sortant, Félix Thisékédi, lors de la 35e session ordinaire de l’Union Africaine. Dans son discours, le Chef de l’Etat a mis un accent particulier sur la santé en attirant l’attention de ses pairs sur le cancer qu’il qualifie de « tueur silencieux ». Qui « Cause près de 20 millions de décès par an dans le monde, dont plus de 700 000 en Afrique. S’y ajoute que 40% de nos pays ne disposent d’aucune unité de traitement par radiothérapie », a-t-il déclaré.

Le Président Macky Sall a salué l’engagement de Rays For Hope dans sa lutte contre cette pandémie tout en incitant ses pairs à soutenir cette agence dans son combat  : « En réponse à cette situation préoccupante, l’Agence internationale de l’Energie a lancé l’initiative Rays of hope, Rayons de l’espoir, afin de soutenir les capacités des États membres, africains en particulier, dans la lutte contre le cancer, grâce aux technologies nucléaires, notamment l’imagerie médicale, la médecine nucléaire et la radiothérapie. J’encourage vivement nos pays à appuyer la campagne Rays of Hope de l’AIEA qui contribue à la réalisation des ODD et de l’Agenda 2063. »

Toujours sur la santé, le nouveau Président de l’UA a « vivement » remercié le Président Sud-Africain, Cyril Ramaphosa pour son investissement dans la riposte anti Covid « aussi bien pour l’accès au vaccin que pour sa production en Afrique ». Poursuivant sur la même thématique, le Président de la République s’est réjoui de l’éclosion des entreprises pharmaceutiques sur le continent. « La production de vaccins est déjà en cours dans certains pays et d’autres vont suivre. Au-delà de la riposte anti COVID, il serait donc indiqué de maintenir cette nouvelle dynamique en gardant les questions de santé au cœur de notre agenda, afin de soutenir l’émergence d’une industrie pharmaceutique africaine capable de satisfaire nos besoins essentiels, et faire face à des pandémies comme le VIH-Sida, la tuberculose et le paludisme. », a-t-il invité.