Explosion sur le Dakar: la piste de l’attentat confirmée

0

SENKABARU – Un « engin explosif improvisé » est à l’origine de l’explosion d’une voiture du Dakar 2022 qui a gravement blessé le pilote français Philippe Boutron fin décembre, selon des sources policières et judiciaires.

Des traces d’explosif ont été retrouvées sur le véhicule du pilote français Philippe Boutron, après l’explosion survenue le 30 décembre en marge du grand départ du Dakar 2022 en Arabie Saoudite, a appris RMC Sport de sources policières et judiciaires confirmant une information dévoilée par RTL.

Selon une source proche du dossier citée par l’AFP, le parquet national antiterroriste (Pnat) s’est déplacé en Arabie saoudite avec les enquêteurs de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) et des techniciens de la police technique et scientifique. Des prélèvements ont été effectués sur le véhicule touché.

Pour les enquêteurs, la pose d’un « engin explosif improvisé » est la seule explication à l’origine de l’explosion de ce véhicule. L’annonce a été faite aux membres de l’équipage ce vendredi matin par la DGSI. Selon les enquêteurs, le renforcement en dessous de la voiture a permis d’éviter le pire

« La bombe a été mise sous le plancher »
Le 30 décembre, à Jeddah, l’explosion d’un véhicule avait gravement blessé Philippe Boutron, rapatrié après avoir été opéré. La justice française a ouvert une enquête pour « tentative d’assassinats en relation avec une entreprise terroriste ».

« Il y a eu un gros choc. On ne s’y attendait pas du tout. La bombe a été mise sous le plancher (de son véhicule d’assistance, ndlr) et j’ai pris le plancher sous les jambes », a témoigné fin janvier Philippe Boutron, qui pourra remarcher. « La situation s’améliore, j’ai été touché aux deux jambes. (…) Mes jambes sont sauvées et c’est l’essentiel », avait ajouté l’homme de 61 ans dans un entretien à France Bleu. Aujourd’hui, Philippe Boutron est toujours hospitalisé mais son état de santé s’améliore

Le gouvernement avait évoqué les soupçons d’acte terroriste
Jusqu’à présent, cette explosion était qualifiée « d’accident » par l’organisation et les autorités saoudiennes. Pour autant, un renforcement drastique des mesures de sécurité autour de la compétition avait été décidé. Une semaine après le drame, David Castera, directeur du rallye-raid déclarait qu’il n’y avait « aucun élément supplémentaire » pour décider d’une annulation de la course.

L’hypothèse d’arrêter le Dakar 2022 avait été émise par Jean-Yves Le Drian, ministre des Affaires étrangères. « Nous avons pensé que peut-être cela valait le coup de renoncer à cette manifestation sportive. (…) Il y a peut-être eu un attentat terroriste contre le Dakar », avait-t-il prudemment déclaré sur BFMTV et RMC. L’événement était finalement allé à son terme, et avait abouti à la victoire du Qatari Nasser Al-Attiyah avec le Français Mathieu Baumel dans la catégorie reine autos.

En octobre 2020, une attaque au couteau avait blessé un garde du consulat de France à Jeddah. Deux semaines plus tard, un attentat visait dans la même ville une cérémonie pour l’anniversaire de l’armistice du 11 novembre 1918, en présence de diplomates occidentaux, notamment français, faisant deux blessés.

Pressafrik