FNERE : « La réouverture des classes est suicidaires »

0

Les écoles qui ont été fermées pour lutter contre le Covid-19 seront rouvertes le 2 juin prochain. Une décision prise par les autorités étatiques pour sauver l’année scolaire. Ce, malgré la hausse à une vitesse exponentielle de la maladie au Sénégal. Mais, la Force Nationale des Enseignants pour le Renouveau de l’Education (FNERE) est contre cette décision qu’elle qualifie même de catastrophe. Ainsi, dans un communiqué, elle alerte les parents d’élèves en leur demandant de ne pas laisser leurs enfants aller à l’école à date échue. « Vu le contexte actuel, la FNERE considère que cette décision est suicidaire dans la mesure où la chaine de contamination a fini de ramifier ses tentacules un peu partout à travers le pays. Des cas communautaires se constatent de plus en plus dans nos terroirs », alerte la FNERE. Qui rappelle qu’en vertu des dernières évolutions, le Sénégal en a plus dix-huit décès et plus de 1000 personnes contaminées. Pis, le corps médical est gravement touché et même, débordé. Ainsi, elle estime que la situation initiale qui avait poussé la haute autorité à arrêter les enseignements s’est sensiblement empirée entre temps.

« SAUVER DES VIES VAUT MIEUX QUE SAUVER UNE ANNÉE SCOLAIRE »

« En ce moment où la courbe de contamination de la pandémie est en ascension, vouloir faire retourner les élèves à l’école, mettrait en péril la vie de toute la Nation. Considérant cette situation dramatique, notre organisation syndicale demande aux parents de ne pas laisser leurs enfants braver les risques de la mort sur le chemin de l’école. Certes, étudier est important mais, la vie est primordiale et elle passe avant tout. Sauver des vies vaut mieux que sauver une année scolaire », mentionne-t-on dans le communiqué.

A cet effet, la FNRE dit clairement qu’elle n’acceptera, au nom d’aucune compromission, que les élèves et les enseignants soient exposés à ce point pour sauver une année académique, déjà, à l’agonie. « Il nous parait absurde de contraindre les adultes à « Rester chez eux » et de vouloir remettre les enfants sur le chemin de l’école. Aussi, le fait de fermer les lieux de culte et d’ouvrir les établissements scolaires est manifestement paradoxal ».

Pour l’organisation syndicale les stratégies de sauvetage proposées par les autorités académiques sont objectivement irréalisables. Ces stratégies ne respectent aucun principe d’équité et ne rassurent nul acteur du système qui soit bien au fait de nos réalités scolaires (effectifs pléthoriques, environnement précaire, réalités climatiques différentes).

Sur ce, la FNERE indique que des concertations inclusives doivent être enclenchées dès maintenant, pour pouvoir préparer la période post-Covid19. « L’année 2019-2020 ne pourrait être validée, que si l’on considère ce qui est déjà acquis et ainsi prévoir une phase de renforcement précédant les examens en session spéciale en 2021 », souligne la FNERE.