Gestion du foncier : Macky sall met en garde ses maires

0

Le président de la république averti les maires sur la gestion des terres en leur faisant savoir que s’ils continuent « à vendre tout terrain qui existe …tôt ou tard, nous serons obligés de prendre des mesures de sauvegarde

Macky Sall souhait que les litiges fonciers  soient réduits à leur plus simple expression dans notre pays hier jeudi 10 Octobre 2019 avec les élus locaux, ils les invitent à revoir la distribution des terres. Afin que le Sénégal ne puisse pas connaitre des conflits liés à cette question comme c’est le cas dans certains pays d’Afrique

« Nous avons un sujet qui fâche, que les élus locaux ne veulent pas entendre. C’est la question foncière. C’est la question difficile qui est le principale facteur d’instabilité au niveau nationale » soutenu le chef de l’Etat. Selon lui toujours, on peut comprendre que dans la région de Dakar où  vit 25% OU 30% de la population, sur une  portion de 0,3% du territoire national, qu’il y a une pression foncière, mais cela n’occulte en rien la prise en compte d’une réflexion sérieuse entre l’Etat et les collectivités pour que « notre pays ne vive pas ce qu’ont vécu un certain nombre de pays en Afrique Australe. Où toute la terre a été privatisée » à- t-il fait savoir « vous le voyez déjà à Pikine, à Guédiawaye, des fois on veut vous donner des infrastructures, mais il n’y a pas de terrains disponible pour faire un hôpital, un lycée, une Université » n’en parlons même pas. Si on continue à faire la spéculation foncière, à vendre tout terrain qui existe cela va rentrer dans un domaine privé. Et donc les générations futures elles auront quoi ? », a –t-il interpelé son auditoire. Il faut que l’on réfléchisse très  sérieusement sur cette question, il faut une réforme et voir comment il faut distribuer les terres, a-t-il ajouté «  même si au départ par le développement de l’agriculture, on permettait aux conseils municipaux et conseil ruraux de délibérer, pourtant on leurs disait aussi le soin de donner toute la terre qui soit sur le ressort de leurs territoires. Mais j’invite à la réflexion car tôt ou tard nous serons obligés de prendre des mesures de sauvegarde », averti le chef de l’Etat

Témoin