Irak: Deux bases abritant des soldats américains attaqués

0

Des tirs de roquettes ont visés dans la nuit du 7 au 8 janvier les bases irakiennes d’Aïn al-Assad et d’Erbil où sont postés des soldats américains.

Au moins dix roquettes se sont abattues cette nuit sur la base aérienne d’Aïn al-Assad, située dans l’ouest désertique irakien, où sont postés des soldats américains. Aucun bilan n’a pour l’instant été communiqué.

Ces frappes, survenues en trois vagues, ont été menées avec « des dizaines de missiles », précisent les Gardiens de la révolution iraniens qui menacent de « réponses encore plus dévastatrices » en cas de riposte américaine, écrit PressTV, la chaîne d’information iranienne en anglais, sur son compte Twitter.

Mais selon le Pentagone, ce sont deux bases qui ont été visées : celle d’Aïn al-Assad et celle d’Erbil, dans le Kurdistan irakien. « Plus d’une douzaine de missiles » ont été tirés par l’Iran contre deux bases utilisées par l’armée américaine, rapporte le ministère américaine de la Défense qui annonce être en train de conduire une « évaluation préliminaire des dégâts » et d’évaluer sa « réponse » à l’attaque.

Aïn al-Assad est située à environ 230 kilomètres à l’ouest de Bagdad. C’est sur cette même base que le président Donald Trump s’était rendu lors de sa visite aux troupes américaines basées en Irak en décembre 2018. « Nous sommes au courant des informations concernant des attaques contres des installations américaines en Irak. Le président a été informé, suit la situation de près et consulte son équipe de sécurité nationale », a indiqué Stephanie Grisham, porte-parole de la Maison Blanche.

EMEDIA