KIDIRA/Traite de personnes et trafic de migrants: 4 Nigériens arrêtés

0

SENKABARU – Quatre ressortissants Nigériens ont été arrêtés et placés en garde à vue à Kidira. Hamissou  Chaibou, Rabi Alhadji Baouchi, Noura Fararou et Daoussou Salaou sont placés en garde à vue pour traite de personnes et  trafic de migrants. Ils vont être incessamment déférés au parquet sur instruction du Procureur de la République de Tamba, Issa Ndoye. Les 23 personnes, en majorité des mineurs, qu’ils ont réussi à introduire au Sénégal, ont été interceptées à Kidira.

Selon nos informations, le 04 mars 2022, les éléments du commissariat spécial de la police de Kidira ont interpellé le nommé Hamissou Chaibou, un ressortissant Nigérien qui tentait d’entrer dans le territoire sénégalais en compagnie de vingt-trois autres de ses compatriotes, notamment 15 enfants mineurs âgés entre 03 et 10 ans, 02 autres mineurs âgés respectivement de 16 et 17 ans et 06 autres majeurs.
Le mis en cause, connu des fichiers de la police, avait, selon l’enquête, est passé par le Burkina Faso puis le Mali avant d’arriver au Sénégal le 04 mars 2022.
Au cours de leurs investigations, les policiers ont découvert qu’il y’a quelques mois, un vaste réseau de traite de personnes, sous la direction d’un ressortissant sénégalais, serait entretenu à Dakar. Une cotisation mensuelle de dix mille (10.000f) francs CFA pour les hommes et cinq mille (5.000f) francs CFA pour les femmes serait même fixée et que les sommes collectées serviraient à faire transporter d’autres groupes en provenance des régions situées au nord du Niger. Ce qui laisse penser, selon l’enquête, à une certaine connexion entre Hamissou CHAIBOU et ce réseau basé à Dakar.
C’est ainsi que Hamissou   Chaibou et les 3 majeurs qui l’accompagnaient, Rabi Alhadji Baouchi, Noura Fararou et Daoussou Salaou sont placés en garde à vue pour traite de personnes et  trafic de migrants. Les enfants mineurs, quant à eux, sont confiés au service régional de l’AEMO.
Selon nos informations, les autorités diplomatiques de Niger au Sénégal sont contactées pour la prise en charge et le retour éventuel de ces enfants mineurs dans leur pays.