La question du dialogue national pas essentielle

0

Par ailleurs, Hamidou Anne a dit être très dubitatif sur la question du dialogue national. Il considère que dans un pays, qui n’est pas en crise institutionnelle, où il n’y a pas eu de coup d’état, où on ne sort pas d’une guerre civile, la question du dialogue n’est pas essentielle. « L’élection présidentielle de 2019 a tranché. Le peuple a renouvelé à nouveau sa confiance au président de la République. Donc il faut clore ce cycle électoral pour dire que le peuple Sénégalais dans la diversité de ses expressions mais aussi dans sa souveraineté a tranché. Et dans une démocratie la majorité gouverne, l’opposition s’oppose », a souligné M. Anne.

En outre, il croit qu’une autre alternance démocratique est possible en 2024. « En 2000, beaucoup ne croyaient pas à la défaite de Abdou Diouf. En 2012, Wade avait les moyens de l’Etat et malgré tout il a été battu. L’alternative dans une démocratie ouverte comme la nôtre est possible. Le peuple Sénégalais est très rationnel dans son choix. Une alternance autre est possible. Tous les schémas sont possibles », prévient-il.

e-media