Le Coronavirus au Sénégal De la négligence à un sérieux accablant !

0

Lorsque que le monde entier se préoccupait de ce fameux virus , le Sénégalais s’était permis de faire usage de sa comédie libératrice face à cette urgence mondiale.
Faut-il toujours se limiter au présent ? C’est la pire erreur que nous avons commise. Déjà que la pandémie occupe les lieux les plus prestigieux du monde, attaque les plus grands hôpitaux du monde et prive de sommeil aux plus grands hommes du monde; nous nous sommes contentés de dire  » le virus n’infecte pas la peau noire ,ne vit pas sous la chaleur ». Et bien Si ceci semble vrai « la nuit a rattrapé le jour qu’il suivait toujours » et pourtant ces deux n’étaient pas censés se croiser. Faute de quoi, le peuple sénégalais a atteint son millième cas .
Et l’État dans tout ça ,avait-il établi un mécanisme défensif, Non ,il a fallu attendre que le pire se produise pour prendre un certain nombre de techniques défensives qui semblent toujours inefficaces face à ce dangereux virus que le monde n’a jamais connu.
Couvre-feu, fermeture des frontières terrestres, interdiction des déplacements interrégionaux, fermetures des lieux de culte et écoles , respect des mesures sanitaires (se laver régulièrement les mains, porter des masques ) tous ceux-ci constituent un système défensif qui aurait dû être établi avant même l’enregistrement du premier cas dans le pays.
Deux mois déjà, n’est il pas toujours sérieux?
Nous sommes des sociétés étroitement liées où l’individualisme n’a jamais eu sa place ,pour dire que chez nous tout est commun, ce qui a d’ailleurs facilité la propagation du Covid_19 au Sénégal.
Le sérieux nous a rendu visite en nous maintenant dans la pauvreté que nous avons toujours connu. Plusieurs activités sont à l’arrêt laissant les travailleurs dans l’hécatombe ,oui hécatombe car c’était à travers cette activité là que le petit marchand ambulant gagnait son pain et le partageait avec sa famille. C’est grâce à cette activité là que le transporteur interurbain arrivait à nourrir sa famille et son apprenti. Voilà une crise sanitaire vers une crise économique.
Situation accablante, le Covid_19 a jeté beaucoup de personnes dans la misère en fauchant les âmes de leurs proches . Pitoyable et triste ,cette femme qui ne reverra jamais le visage de son conjoint emporté par cette pandémie, cet enfant qui ne dira plus jamais papa et c’est tout simplement le temps des nuits dures.
Cette période de la vie humaine restera toujours dans les cœurs et sera racontée pour les générations futures sacré Covid , Quitte nos terres.
Gueye Abdoul Aziz, Doumga Ouro Alpha,