Le Mackyavelisme au cœur de la nation (Par Marième Mbacké)

0

Lorsque les hommes de?cident de se mettre ensemble, rien ne peut les empe?cher de réaliser leurs re?ves. Cela rele?ve de deux principes qui garantissent la re?alisation des visions des communaute?s.  Le premier est le principe du rapprochement. Ce principe est une porte ouverte sur la loi de la force de l’unite?. D’apre?s celle-ci,  l’unite? est la force du succe?s.  Cependant, sans rapprochement des sujets de me?me nature, on ne peut pas parler d’unite?. Et sans unite?, aucune communaute? ne peut rien realiser de grandiose. Le deuxie?me principe  est le principe du respect de l’ordre e?tabli. C’est ce principe qui rend possible la vraie unite?. D’apre?s ce principe, l’ordre est la force de l’unite?.  En d’autres termes, la? ou? l’ordre n’est pas respecte?, il ne peut pas y avoir de vraie unite?. Donc on peut dire que notre pays a des leaders qui ont la même vision. Ils sont inséparables malgré les voies et chemins arpentés différemment car tout comme les lions, rois de la savane, ils cheminent sur le même sentier. Lorsque le moment venu, ces derniers qui, d’antan ne pouvaient se partager un royaume, se rejoignent et se retrouvent pour se sacrifier à l’autel de la continuité du royaume avec comme dessein l’établissement d’un nouveau roi né d’une entente cordiale dans la plus grande des discrétions, à l’abri des regards, à l’abri des égards, à l’abri des yeux hagards perdus dans cette manœuvre intelligemment orchestrée digne des grands hommes d’Etat. Le projet commun de ces deux leaders tourne autour d’un objectif: mettre le Senegal sur les rails de l’émergence. Ainsi, pour répondre à cette logique plus grande que nous tous réunis, plus grande qu’eux tous réunis; le choix sacrificiel a été opéré car le Sénégal est plus grand que nous, que vous, qu’eux. Abonder dans le sens de cette ouverture ne saurait qu’honorer ces hommes qui aujourd’hui sont raillés, critiqués mais qui demain seront glorifiés à travers l’histoire de notre pays. Et demain n’est jamais loin pour nous rappeler au bon vouloir de la force de l’histoire car hier est déjà passé et c’est à présent un vague souvenir derrière nous. Le vieux sage avait annoncé que les libéraux resteraient au pouvoir pendant 50ans et l’histoire est en train de vivre ce que nous considérions hier comme une énième boutade d’un leader trop sénile pour se frotter à la logique mais aujourd’hui on se rend bien compte qu’en effet, ce que le vieux voit assis, l’enfant ne le voit pas debout. Aujourd’hui encore plus qu’hier, le Sénégal est plus grand que les problèmes d’ethnies , de religion ou encore de confrérie.
La leçon du maître est incontestablement implacable, elle est impeccable, ne souffrant d’aucune force contraire. Elle est féroce car elle force l’admiration, elle est solide comme l’écorce d’un baobab et même quand elle est écorchée, elle s’accroche à ses idées principielles, celles de l’unité, de la résilience et se lève pour sortir un coup de maître de nulle part. Macky est le meilleur stratège politique quoiqu’on puisse dire. Il a réduit à sa plus faible expression les plus grands partis de ce pays à néant. Le constat est sans appel l’AFP à l’assemblée Nationale, Rewmi  au Cese et le PS au HCCT et enfin ses frères du PDS dans les plus grands ministères.En tout cas au sens partage, rien ne pourrait lui être reproché. Ne soyez nullement surpris s’il est sollicité pour départager l’héritage d’une famille ne trouvant pas de point d’entente. Si tous les défis ne sont pas résolus d ici 2024, Macky nous aurait aidé à faire le tri sur les réelles capacités de ces hommes politiques qui voudraient présider au futur de notre nation. Gardons à l’œil ce Sénégal d’aujourd’hui qui demain sera un tout nouveau Sénégal et sachons rendre à César ce qui appartient à César.