Ligue des champions: Man City met fin au rêve du PSG

0

SENKABARU – Un match pour l’histoire. Ce mardi, 6 jours après la demi-finale aller de Ligue des Champions remportée par Manchester City face au Paris Saint-Germain au Parc des Princes (2-1), les deux formations se retrouvaient à l’Etihad Stadium pour la seconde manche.

Les Cityzens, auteurs d’une seconde période de grande qualité à Paris, avaient l’opportunité d’atteindre la finale de C1 pour la première fois de leur histoire alors que le club de la capitale pouvait disputer une seconde finale de rang après celle de 2020 perdue contre le Bayern Munich à Lisbonne (0-1). Pour ce faire, Pep Guardiola alignait son traditionnel 4-3-3 avec la charnière centrale Stones-Dias, Zinchenko, Fernandinho ou encore la triplette Mahrez-De Bruyne-Foden en attaque. De son côté, Mauricio Pochettino, privé de Mbappé, remplaçant au coup d’envoi en raison d’une gêne au mollet, ou encore Gueye, suspendu après son carton rouge reçu au match aller, composait un 4-2-3-1 avec Marquinhos-Kimpembe en défense centrale, Diallo à gauche, alors qu’Herrera intégrait le milieu de terrain aux côtés de Paredes et que l’animation offensive était confiée à Neymar, Verratti, Di Maria et Icardi. Sur une pelouse recouverte par la grêle et sous le vent de Manchester, les Parisiens manquaient de justesse dans leurs transmissions malgré de bonnes intentions, à l’image de Neymar (3e) alors que les locaux mettaient de l’intensité dans les duels afin de prendre l’avantage psychologique. Mais les joueurs du PSG entamaient mieux la rencontre. Ils avaient le contrôle du cuir et, à deux reprises, Neymar (5e) puis Di Maria (6e) voyaient leur frappe dans la surface contrée par un pied adverse, avant qu’un penalty dans un premier temps sifflé pour une main de Zinchenko ne soit finalement annulé après intervention de la VAR, le ballon ayant touché le dessus de l’épaule de l’Ukrainien (8e). Malgré tout, sur leur première occasion et contre le cours du jeu, les Cityzens assénaient un coup derrière la tête des Franciliens en ouvrant le score. Sur une sublime ouverture d’Ederson, Zinchenko débordait sur le couloir droit délaissé par Florenzi et envoyait un ballon en retrait pour De Bruyne, dont la frappe contrée par Florenzi revenait sur Mahrez, qui trompait Navas de près malgré le retour de Kimpembe (1-0, 11e).