L’Observatoire de la qualité va régler 80% des problèmes de la presse en ligne », selon Ibrahima Lissa Faye

0

Le Président de l’Association des Éditeurs et Professionnels de la Presse en Ligne (APPEL), Ibrahima Lissa Faye, a appelé lundi à l’application du Code de la presse dans son ensemble, lors d’une rencontre entre le ministre de la Communication et les acteurs de la presse en ligne, à Dakar. Il a aussi souhaité l’application du dernier alinéa de l’article 177 qui permettra de mettre en place un Observatoire de la qualité pour la presse en ligne.

« L’objet de la rencontre a été un peu de faire le point sur ce qui a été fait dans la presse en ligne, les points d’avancer du Code. Mais aujourd’hui, le point majeur, c’est le spécimen d’une carte nationale de presse. Et ce que nous attendions de tous nos vœux. Parce que cela va être un point qui nous permettra d’avancer. Dans la mesure ou c’est un existant que nous allons parfaire avec les différentes structures de la presse, mais également aussi à travers la Commission nationale de délivrance de la carte nationale de presse », a indiqué Ibrahima Lissa Faye.

Selon M. Faye, « tant que ce Code n’est pas appliqué, nous continuerons toujours à vivre ces dérives. Nous allons toujours avoir du mal à nous présenter comme journaliste. Ce Code nous protège, réglemente notre profession. Donc il faut nécessairement qu’il puisse être appliqué. Et le président s’il nous entend, qu’il signe le décret qui reste et que le ministre aussi prenne les arrêtés qui restent et qu’on passe à l’application du Code dans son ensemble ».

Pour assainir ce secteur, le Président de l’APPEL de préciser : « Il faut faire la différence entre presse en ligne et Réseau sociaux. La presse en ligne, nous ce que nous appelons de tous nos vœux, c’est l’application du dernier alinéa de l’article 177 qui permettra de mettre en place un Observatoire de la qualité pour la presse en ligne, qui permettra de labelliser les contenus des sites d’information. Cela va permettre aux citoyens lambda de pouvoir surfer en toute confiance puis que le site soit détenteur d’un label ».

Aux yeux d’Ibrahima Lissa Faye, si cet Observatoire est mis en place, la presse en ligne va pouvoir respirer parce que 80% de ses problèmes vont être réglés.

PressAfrick