Locales 2022 : Thierno Alassane Sall écarte toute coalition au niveau national

0

SENKABARU – A quelques mois des élections locales, les partis politiques de l’opposition sénégalaise ont ouvert des concertations de part et d’autres, afin de trouver la meilleure formule pour faire face au régime de Macky Sall. Mais, d’ores et déjà, des points de divergences divisent ces formations politiques, au point que certains, à l’image de la République des valeurs de Thierno Alassane Sall, ont décidé de s’engager dans les joutes électorales « sans aucune coalition au niveau national ».

Tout était bien parti depuis le lancement jeudi 9 septembre de la coalition de Abdoulaye Wade et camarades, jusqu’à lundi soir. Quatre jours après, le parti de Thierno Alassane Sall a fait savoir dans un communiqué qu’il ne se reconnait pas les coalitions de l’opposition notamment celle nouvellement lancée.

« La République des valeurs ne se reconnaît pas dans les alliances au niveau national. En conséquence, elle ne signera pas la charte de la coalition nouvellement annoncée », peut-on lire dans la note que le parti a diffusée sur la page Facebook, tard dans la soirée de lundi.

Le parti de Thierno Alassane Sall s’explique en ces termes : « Notre option de toujours a été de construire un vrai pôle alternatif ancré sur l’éthique et la citoyenneté. La République des valeurs reste ouverte à tous les Sénégalais, mouvements citoyens et forces politiques qui s’opposent résolument au régime actuel, pour une refondation de la République».

Face à cette situation, la République des valeurs a précisé qu’elle annoncera très prochainement les modalités de sa participation aux élections départementales et communales.

La République des valeurs avait donné son accord au CRD

La Conférence des leaders du Congrès de la renaissance démocratique (Crd) n’a pas mis du temps à réagir pour répondre à Thierno Alassane Sall et ses camarades. Dans un communiqué, le CRD dit avoir constaté que le Mouvement Ensemble du juge Ibrahima Dem et le parti La République des Valeurs dirigé par l’ancien ministre Thierno Alassane Sall, après avoir donné leur accord pour la participation à la mise en place d’une coalition électorale de l’opposition se sont rétractés.

La Conférence des Leaders du CRD dit prendre acte et va poursuivre la construction de la nouvelle coalition électorale de l’Opposition, avec Jotna, le PDS, BGG et  AJ PADS.

 « On ne participera à aucune coalition au niveau national »

Joint par PressAfrik, Abdoulaye Sène de la cellule de communication a expliqué la décision du parti. Selon lui, il est hors de question que La République des valeurs s’engage dans les élections (locales) avec une coalition au niveau nationale. Le parti veut compter sur le peuple sénégalais, les mouvements et autres.

« Ce qui s’est réellement passé, on l’a dit dans le communiqué. La République des valeurs n’a aucune ambiguïté et nous restons attachés au respect des valeurs républicaines. Je pense que c’est très clair. Pour la coalition nationale, pour ces raisons-là, on n’a pas trouvé nécessaire d’y participer. Une réunion a été convoquée dimanche avec des membres, des militants et des structures du parti pour prendre une décision », a dit M. Sène. 

Il a assuré que rien n’avait été décidé au préalable par le parti. « On a bien précisé dans le communiqué, on ne signera rien dans le cadre d’une coalition au niveau national ». 

A en croire notre interlocuteur, les instances du parti sont en train de regarder toutes les options et bientôt ils vont dévoiler leurs intentions sur les prochaines élections départementales et communales. Ils diront dans quelles conditions et comment ils vont participer aux élections locales à venir.

« On ne participera à aucune coalition au niveau national. On ne signera pas. Ça c’est clair dans le communiqué. Maintenant, à au sein de la République des valeurs, notre seul adversaire reste Macky Sall et son régime. En cela, nous avons été toujours cohérents et nous le resterons dans notre démarche de construire un bloc avec les citoyens et toutes les forces politiques avant de préserver nos acquis démocratiques. Il n’y a aucune ambiguïté. C’est Macky Sall notre adversaire », a-t-il insisté.

Pressafrik