L’Opposition : vers une nouvelle redistribution des cartes

0

Silencieuse depuis la présidentielle, l’opposition sénégalaise se cherche une voix pour mieux s’exprimer. Unie comme recomposée, elle est résolument tournée vers les prochaines échéances électorales.

Trois candidats malheureux à la dernière présidentielle, du 24 février 2019, Idrissa Seck, Madické Niang, Issa Sall ont décidé de poursuivre leur cheminement, dans un cadre de concertation  commune. Ces candidats défaits, donc, avaient déjà pris la ferme résolution, d’unir leur force, pour faire barrage, à ce qu’ils considéraient à l’époque comme « un manque de transparence des élections » ayant conduit  à la victoire du candidat, Macky Sall. Cette union a connu depuis des fissures avec quelques absences de taille: il s’agit de d’Ousmane Sonko, leader du Pastef et de Khalifa Ababacar Sall, fraichement relâché de prison. Cependant, des arrivées sont notées : Pape Diop, Cheikh Hadjibou Soumaré et Malick Gakou. Ce nouveau regroupement semble aller dans le sens d’une réorganisation de l’opposition. Cette recomposition intervient, dans un contexte particulier. Abdoulaye Wade qui incarnait la principale force de l’opposition a fini par se retrouver avec Macky Sall. Ousmane Sonko réitère son ancrage dans l’opposition et continue d’incarner « l’aile radicale » de celle-ci. Khalifa Sall qui réaffirme également son appartenance à l’opposition en appelle cependant à une démarche « responsable, dénuée de toutes compromissions ». Il répète clairement son appartenance à la famille gauche et invite au passage tous ceux qui s’y identifient à le rejoindre. L’ancien maire de Dakar endosse les habits d’un social-démocrate résolu, réaliste mais clairement progressiste : modèle de gouvernance qui garantit le « vivre ensemble. Les tendances dessinent une nouvelle redistribution des cartes.

le soleil