«Lorsqu’on déclare une manifestation… devant le Palais, c’est parce qu’on ne veut pas la paix» Macky Sall

0

Le chef de l’Etat, Macky Sall n’est pas insensible aux critiques des défenseurs des droits humains qui lui reprochent la restriction des libertés, l’emprisonnement d’activistes et l’interdiction systématique de manifestation. Le Journal walf Quotidien rapporte que le président a précisé que le Gouvernement est loin de restreindre les libertés publiques comme le font croire certains.

Pour lui, le Sénégal la liberté d’expression est un principe qui ne souffre d’aucune restriction sauf si c’est l’ordre public qui est menacé ou encore la libre circulation des biens et des personnes.

«Au plan de la démocratie le Sénégal est un Etat et une nation fondée sur les valeurs de liberté et de médiation sociale active. L’exercice des libertés fait polémique mais vous savez très bien que le Sénégal est une démocratie. L’exercice des libertés est garanti et ne souffre d’aucune limitation sauf nécessité de prévenir les risques de troubles à l’ordre public, de garantir la libre circulation des biens et des personnes et de garantir leur sécurité. En vérité, l’autorisation est la règle et l’interdiction l’exception», a-t-il déclaré hier.

Dans les colonnes de SourceA, le locataire du palais révèle qu’«en 2018, sur 4828, 118 ont été interdites un taux de 2,44 %a été interdit déclarations de manifestation et au troisième trimestre de 2019, sur 4444 déclarations seuls 71 n’ont pas été accordé soir un taux 1,71%».

«Lorsqu’on déclare une manifestation à la place de l’Indépendance ou devant le Palais de la République, c’est parce qu’ils ne veulent pas faire une manifestation pacifique mais autrement les marches sont tolérées lorsque les initiateurs sont en conformité avec les autorités. Dans ce cas la police encadre la marche et les Sapeurs pompiers sont derrière pour ceux qui sont fatigués», ajoute-t-il.

Igfm