Mafia à l’AIDB : le cerveau de la bande, Thakshan Ganesanathan un Franco-sri-lankais, propose 2 millions FCFA à un Commandant

0

L’affaire du démantèlement du réseau qui fermait les yeux sur des faux documents de voyage en échange d’argent à l’Aéroport Blaise Diagne de Diass (AIDB) et qui a conduit à l’arrestation de trois (3) contrôleurs et deux (2) cerveaux présumés, prend une nouvelle tournure. En effet, le parrain de la mafia, Thakshan Ganesanathan, un Franco-sri-lankais, a tenté de corrompre la Section de recherches (Sr) avec la somme de 2 millions de F Cfa pour éviter son défèrement. 

Selon « Libération » qui donne l’information dans sa parution de ce lundi 14 octobre 2019, au terme de sa garde à vue dans une chambre de la Sr, Thakshan Ganesanathan, qui était passé aux aveux, a décidé de jouer sa dernière carte. 

Pour éviter son défèrement au parquet, le patron de l’entreprise « Thakshan Import Export », établie à Dakar, a demandé de rencontrer Abdou Mbengue, le Commandant de la Sr. Une fois dans le bureau de ce dernier, il lui propose 2 millions de F Cfa. Mbengue a décidé de jouer le jeu, a accepté la proposition du présumé malfrat. 

Une fois que l’argent reçu, le commandant passe à la vitesse supérieure et colle une autre infraction à Ganesanathan : corruption passive. Un des délits, selon le journal, retenus par le procureur qui a ouvert une information judiciaire pour association de malfaiteurs, blanchiment de capitaux, corruption passive, corruption de fonctionnaire, faux et usages et faux, trafic de migrants, faux et usages de faux, ect.

Pour rappel, c’est dans la journée du samedi 21 septembre que des gendarmes de la Sr ont fait une descente à l’Aéroport Blaise Diagne de Diass (AIBD) après plusieurs mois de filatures, de recoupements et d’infiltrations, de repérages, etc. 

Infiltrant discrètement la file d’attente des passagers devant embarquer pour la Guinée Conakry, au niveau du stand de la compagnie Air Sénégal, les gendarmes passent à l’acte lorsqu’un des passagers, avec qui ils étaient en collaboration, présente son passeport au service de contrôle, qui le déclare conforme pour enregistrement.