Maladie mystérieuse chez les pêcheurs: 260 cas recensés dans la région de Thiès

0

Quelque 260 personnes souffrant des cas de dermatoses, apparues pour la première fois chez des pêcheurs de Thiaroye˗sur-Mer, dans la région de Dakar, ont été répertoriées dans la région de Thiès, a appris l’APS.

Cette affection observée chez des pêcheurs, et présentée comme « une maladie mystérieuse » dans les médias, se manifeste par des éruptions cutanées, sur différentes parties du corps.

« Nous avons enregistré un total de 260 cas, dont la plupart ont été répertoriés au niveau des villages de pêche », a révélé le médecin-chef de la région médicale de Thiès, le Docteur Malick Ndiaye, à nos confrères. Il venait de recevoir des journalistes, venus lui présenter leurs condoléances, suite au décès de sa mère.

’’A Ndayane, nous avons un nombre de 202 cas. A Mbour également, 19 pêcheurs ont déjà contracté cette maladie. Au niveau de Joal, ils sont au nombre de 29’’, a-t-il détaillé.

Dans la matinée de vendredi, dans la zone côtière du district de Tivaouane, plus particulièrement à Fass Boye, 10 cas de cette maladie mystérieuse ont été dénombrés, a poursuivi le médecin-chef. « Ce qui fait un total de 260 personnes qui ont contracté ces lésions dermatologiques ».

Le responsable de la région médicale de Thiès a renseigné que dès l’apparition des premiers cas de cette maladie à Thiaroye˗sur-Mer, des équipes ont été aussitôt médicales alertées.

Ce niveau d’ »alerte maximale (…) a permis à la région médicale de retrouver rapidement tous les cas, qui sont tous des pêcheurs qui revenaient de mer », selon lui.

Le Docteur Ndiaye a noté que des investigations de la région médicale ont permis de s’assurer que la maladie n’est pas contagieuse. « On sait que la notion de contamination est exclue. Ce n’est pas dû à un virus ou à un arbovirose », a-t-il rassuré.

« Les enfants et les femmes qui sont restés dans ces villages de pêche n’ont pas contracté cette maladie », a-t-il relevé, non sans préciser que les équipes médicales ont constaté que l’affection « a été contractée en haute mer ».

Selon lui, l’origine du mal est en train d’être déterminée par le ministère de la Santé et de l’Action sociale, de concert avec les ministères en charge de la Pêche et de l’Environnement.

Après le travail de recherche et le recensement de tous les cas, la région médicale s’occupe de la prise en charge des 260 cas.

Des équipes de dermatologues, dépêchées dans les zones touchées, soignent les patients qui sont mis en quarantaine, à domicile. Le Docteur Malick Ndiaye a précisé qu’aucun cas grave n’a été signalé par les médecins˗chefs de district, qui sont en contact avec les patients. « Dans plusieurs sites, beaucoup de cas ont déjà été traités et (sont) guéris », a-t-il dit.

Le médecin-chef a toutefois souligné l’importance de poursuivre la sensibilisation, pour épargner les pêcheurs de cette maladie, avec une surveillance beaucoup plus accrue, dans les zones de Ndayane et Joal.

Une réunion consacrée à ce sujet devrait être prochainement organisée, sous la houlette du gouverneur de la région de Thiès, Mamadou Moustapha Ndao, a-t-il annoncé.

Interpellé sur d’éventuels risques liés à la consommation de poisson frais, le médecin-chef a assuré que les populations peuvent continuer à consommer du poisson. « Cela n’a rien à voir », a-t-il dit.

Soleil