Maladie mystérieuse: Les femmes fuient le poisson

0

La nouvelle maladie qui touche les pêcheurs plus particulièrement ceux de Thiaroye-sur-mer, a suscité une forte inquiétude chez les populations. Un produit toxique aurait été versé en mer, ce qui est à l’origine de cette maladie. Ainsi, les gens semblent avoir peur de s’approvisionner en poissons. Dans la plupart des marchés, ce produit halieutique reste intact sur les tables et autres étals, car ne trouvant pas beaucoup de clients. Ces derniers désertent les vendeurs de poissons qui ne savent plus quoi faire de leurs marchandises. Ces tempsci, les assiettes risquent de sentir cet abandon de poisson car la clientèle se précipite vers la viande, feuille de manioc, poissons séchés et autres produits alimentaires de peur d’attraper cette maladie cutanée. Au marché Castor, le poisson frais qui s’arrachait comme de petits pains, voit les clients se retourner vers d’autres produits. Dans cette foule, les clients se font désirés. Fatou Sow affirme de ne pas avoir acheté du poisson, ni fruits de mer. «Je me résigne parce qu’avec cette nouvelle maladie, il n’est pas sûr de manger du poisson.

Satou Yade embouchant la même trompette, elle estime de ne pas vouloir prendre le risque de toucher aux produits halieutiques. «Ça sera très dure de ne pas en manger puisque nous sommes habitués à préparer de bon thiébou djeune. Mais, il y va de notre santé donc, nous devons prendre très sérieux cette maladie et ne pas s’approvisionner en poissons pendant quelques temps. Moi, j’ai peur d’en toucher pour l’instant même si les vendeurs nous proposent des prix abordables pour épuiser les stocks. Même eux, ne savent pas quoi en faire puisque la clientèle les fuie comme pas possible hormis ceux qui s’entêtent en acheter», indique-t-elle. Malgré cette peur de manger du poisson à cause de la maladie, certains refusent de céder à la panique et la rumeur. Ils continuent d’en acheter et cela ne semble pas changer leur quotidien.

Contrairement à nos interlocuteurs susmentionnés, Sossé Diaw estime que les Sénégalais exagèrent. «Les sénégalais aiment trop dramatiser. On ne peut pas préparer un bon thibou djeune sans un bon poisson frais. Moi, je n’y vois pas d’inconvénients vue que les vendeurs continuent de mener leur activité. J’ai des invités qui ont demandé à ce que je leur fasse un bon thieb. Donc, je ne peux plus reculer. Je pense que les poissons ne peuvent pas nous contaminer», soutient-elle.

Poursuivant ses propos, elle ajoute : «tous ceux qui disent ne pas manger du poisson jusqu’à nouvel ordre, ils ne savent pas où mettre les pieds. C’est juste une question de temps, ils vont recommencer en manger car, ils ne peuvent pas tenir longtemps. Je sais de quoi je parle», lâche t-elle.

Dakar Matin