Maladies non transmissibles: Enseignement des modules de formations à l’école élémentaire

0

SENKABARU – Pour une meilleure compréhension des maladies chroniques à l’école tels que le diabète, l’hypertension artérielle, les cancers, les infections respiratoires et leurs facteurs de risques, le ministre de la Santé, M. Abdoulaye Diouf Sarr et son collègue de l’Education Mamadou Tall ont procédé, hier, au lancement officiel de l’introduction de nouveaux modules de formation à l’endroit des enseignants de l’élémentaire sur ces maladies non transmissibles. Une approche multisectorielle qui permet de pérenniser la prévention des Mnt au profit des apprenants et de la société.

Les maladies non transmissibles (Mnt) sont responsables de 42% des décès au Sénégal, selon le ministre de la Santé qui cite le rapport Atlas 2020 de l’organisation mondiale de Santé (Oms) dans lequel, il est dit que ces maladies chroniques sont responsables aussi de 71% des décès, et touchent 40 millions à l’échelle planétaire. Sa représentante résidente au Sénégal, Dr Lucie Imboua, souligne que ces maladies provoquent 38 millions de décès chaque année dont 16 millions de décès prématurés qui surviennent avant l’âge de 70 ans avec plus de 80% recensés dans les pays à revenus faibles ou intermédiaires. « Un nombre qui pourrait atteindre 55 millions par an à l’horizon 2030, si rien n’est fait », a-t-elle averti.

Sans compter les conséquences qu’elles peuvent engendrer. « Elles entrainent des pertes économiques importantes du fait de leurs soins coûteux, mais aussi de la baisse de la productivité. C’est pourquoi, et afin de lutter efficacement contre les maladies non transmissibles, il est important de mettre en œuvre des interventions notamment dans le domaine de la promotion du comportement sans lequel nos attitudes peuvent être dévastateurs pour notre pays », a affirmé le ministre de la Santé, lequel, avec son homologue de l’Education, ont procédé jeudi, à l’introduction de nouveaux modules de formation sur les maladies chroniques dans le primaire.

De nouveaux modules de formation sont conçus par la Division du contrôle médical scolaire (Dcms) et celle de la lutte contre les maladies non transmissibles (Dlmnt) avec l’appui de Norvatis et de l’Ong Path pour mieux former les enseignants de l’élémentaire sur la prévention et les facteurs de risques liés aux maladies chroniques. Le lancement officiel de ces modules de formation dont les activités ont été co-présidés par les ministres de la Santé et de l’Education, a eu lieu à l’école Elhadj Baytir Samb de Ngor .

Une approche multisectorielle qui permet de pérenniser la prévention de ces pathologies dites chroniques au profit des apprenants. Et qui, de l’avis de ces deux autorités, « devrait aider à aller vers un changement de comportement qualitatif chez les élèves ». Qui représentent des « relais importants » dans la société. Des modules destinés aux enseignants de l’élémentaire pour une meilleure compréhension de ce groupe d’une centaine de maladies chroniques que sont : le diabète, les affections respiratoires, entre autres.

Des maladies qui ne sont pas contagieuses, mais qui se caractérisent par leur évolution chronique. Mais elles sont surtout « handicapantes, coûteuses et mortelles », a renchéri le ministre de l’Education nationale, Mamadou Talla. Pour M.Diouf Sarr d’ailleurs, « le diabète, l’hypertension artérielle, le cancer, les affections respiratoires chroniques ne sont plus l’apanage des pays riches. Car 80% des nouveaux cas de maladies non transmissibles surviennent dans les pays en développement ».

D’où cette initiative en faveur des éducateurs pour une meilleure compréhension de ces pathologies à l’école, notamment leurs facteurs de risques, rapporte Le Témoin.