Marche des ASP: Des mesures seront prises ( Dg)

0

SENKABARU – L’Union des Agents de Sécurité de Proximité (ASP) du Sénégal a organisé, ce 15 février 2022, une marche dans quatre régions du Sénégal à savoir Dakar, Kaolack, Kolda et Ziguinchor. Ils ont été arrêtés par la police avant d’être libérés. Après leur première grève, le chef de l’Etat avait décidé de prolonger le contrat des ASP lors du conseil de ministre du 12 janvier 2022, d’une année, à compter du 1er janvier 2022. Il a par ailleurs demandé au ministre de l’intérieur de finaliser, au plus tard en juin 2022, l’entrée en vigueur du nouveau statut des Asp.

Seulement, pour ces derniers, il est surtout question de mettre en place un corps spécial et des contrats de travail. Et au lendemain de cette marche nationale qui a fini en queue de poisson, la direction générale de l’ASP a fait face à la presse. Selon son directeur, Birame Faye, le mouvement d’humeur n’a pas été suivi par la majorité des assistants à la sécurité de proximité tenus par un droit de réserve conformément leur pacte civique. « C’est l’occasion de leur décerner notre satisfecit pour leur conduite exemplaire en restant au poste au nom de la continuité du service public. C’est d’ailleurs, de tels comportements que nous recommandons à tous les assistants à la sécurité de proximité avant l’entrée en vigueur du nouveau statut attendu en fin juin comme l’a précisé le communiqué du Conseil des ministres du 12 janvier 2022 », a dit le Dg de l’Asp.
S’agissant du nouveau statut de l’ASP, il rappelle que dans le cadre de ces directives présidentielles, un comité de réflexion a été mis en place par arrêté du ministre de l’intérieur n°003254 du 04 mars 2021 pour réfléchir sur la question. Ce comité s’est réuni à Saly Portugal, les 7. 8 et 9 avril 2021 et a proposé la création d’un corps spécial. « Les conclusions du comité technique ainsi que les recommandations des corps et structures impliquées ont été revues, stabilisées et transmises à l’autorité.

En dépit de ces efforts consentis par les autorités, un mouvement d’humeur de 72 h a été déclenché par les Assistants à la sécurité de proximité à la fin de ce qu’ils avaient considéré comme étant la toute dernière prorogation de leur engagement accordée par le Chef de T’Etat », a-t-il déclaré. Avant de préciser : « d’ici à la finalisation du nouveau des ASP par le Ministère de l’intérieur qui travaille d’arrache-pied pour mettre en acte la vision du Président de la République, la Direction générale veut de l’ordre et de la discipline dans les rangs. Aucun acte d’insubordination ne sera toléré par la Direction générale. Nous avons pris nos
responsabilités devant l’entêtement de certains manifestants qui mènent une campagne de désinformation avec des discours qui frisent la désobéissance civile et pourtant, des dialogues ont été amorcés, les meneurs sensibilisés mais ces derniers semblent ignorer les bonnes décisions du Président de la République qui fait de la jeunesse un pilier du développement national ».

Sur ce plan, poursuit Birame Faye, le gouvernement, à travers, l’agence a valorisé depuis 2014, 13 000 jeunes engagés civiques en leur octroyant une possibilité de servir leur pays en bénéficiant au-delà de leur pécule, des avantages sociaux tels la formation, la prise en charge médicale à hauteur de 80%, la gratuite du transport, des primes de motivations, des appuis techniques. « Malgré la volonté affichée par les autorités pour la pérennisation du modèle des ASP, une minorité d’entre eux ont décide de poursuivre leur plan d’action comme si de rien n’était. Je voudrais vous annoncer que le Comité de discipline va se réunir incessamment pour prendre des mesures exemplaires en l’encontre des fauteurs de troubles », avertit-il.

Emedia