Matam: meurtre du Chef de la gare routière de Ourossogui : La perpétuité requise contre quatre accusés

0
La chambre criminelle du Tribunal de grande instance de Matam s’est penchée, lundi et mardi, sur le dossier du meurtre du chef de la gare routière de Ourossogui, Tidiane Thioye. Durant deux jours, avec des veillées nocturnes jusqu’à 3 heures du matin, des débats et de chaudes empoignades ont eu lieu entre le procureur de la République et les avocats de la défense, sous le regard d’une foule nombreuse.

La salle d’audience du Tribunal de grande instance de Matam s’est révélée trop petite pour contenir la foule qui a fait le déplacement pour assister au jugement des accusés du meurtre, en 2014, du chef de la gare routière de Ourossogui, Tidiane Thioye. Il a été retrouvé par un vieux pêcheur du quartier de Djamel, le 15 octobre 2014, au petit matin, nu, baignant sur les berges du fleuve. Alertés, les sapeurs-pompiers et la police avaient fait les constats d’usage avant de transporter le corps sans vie vers le centre hospitalier de Ourossogui. Un premier certificat de genre de mort conclut à une noyade avant d’être infirmé par l’autopsie qui parle d’une mort due à un « traumatisme cervical gauche entrainant un hémothorax gauche et une asphyxie ».
Il s’ensuit une longue et difficile enquête qui mènera à l’arrestation de cinq individus dont une femme. La police a découvert que Tidiane Thioye avait été aperçu à son lieu de travail, la gare routière de Ourossogui, dans la matinée du 14 octobre par plusieurs personnes. Les recoupements de l’information ont révélé qu’il a quitté la gare routière vers 10 h du matin et, à partir de ce moment, il était injoignable. L’exploitation des relevés téléphoniques a révélé qu’il a été localisé, pour la dernière fois, à Matam, dans une zone couvrant le domicile de Khardiata Niang où se trouvait, au même moment, Hamidou Fall alias Noireau. Les autres co-accusés Seydou Mamadou Fall alias Bagal, Samba Oumar Bâ alias Samba Maly et Kalidou Sow alias Sowel seront eux aussi confondus par leurs communications téléphoniques qui les ont localisés dans le même périmètre de couverture. Cependant, au cours de leur interrogatoire aussi bien à la police que devant le juge d’instruction, ils ont tous nié leur implication.
Cette ligne de défense a été reprise au cours du procès même devant des témoins qui ont permis, pour certains, de revenir sur les activités des uns et des autres durant la journée du mardi 14 octobre 2014. Le procureur de la République est convaincu que les accusés sont les meurtriers du chef de gare. Il se fonde sur les relevés téléphoniques, le sang trouvé dans le véhicule conduit par Noireau et du résultat de l’autopsie pour asseoir cette thèse.
Après un long réquisitoire où il tenté de démontrer la culpabilité de Mamadou Fall alias Bagal, Samba Oumar Bâ alias Samba Maly Khardiata Niang, Kalidou Sow alias Sowel et Hamidou Fall alias Noireau, le procureur de la République de Matam a demandé qu’à l’exception de Noireau, le reste de la bande soit condamné à la perpétuité pour assassinat avec préméditation. Pour Noireau dont la participation aurait seulement consisté au transport du corps sans vie de Tidiane Thioye, il a requis une peine de trois ans ferme pour non dénonciation et dissimulation de cadavre.
Les deux épouses de Tidiane Thioye représentant les héritiers ont demandé 200 millions de francs Cfa pour dommage et intérêt. La défense est restée constant en relevant le manque de preuves matérielles de l’implication leurs clients. Les quatre avocats de la défense ont rappelé qu’au-delà du fait qu’il n’y a pas eu de résultat d’analyse du sang, les seuls relevés téléphoniques ne peuvent pas certifier une quelconque participation de leurs clients au meurtre.
Le président de la Chambre et ses deux assesseurs, après s’être retirés, durant quelques minutes vers 3 heures du matin, sont revenus pour annoncer que le délibéré est fixé au 27 décembre.

Soleil