Matam – Réception de la Bibliothèque Cheikh Moussa Camara de Ganguel Soulé

0

La bibliothèque de Cheikh Moussa Camara de Ganguel Soulé a été réceptionné par les autorités administratives de la région de Matam. Initier pour conserver les documents du Saint Homme, la bibliothèque est financée et construite en voûte nubienne par le Conseil Départemental de Kanel.

Pour rappel, le savantissime et Saint Cheikh Moussa Kamara de Ganguel a fortement marqué son époque. Ainsi, la communauté scientifique et religieuse, tant nationale qu’internationale, reconnaît aujourd’hui devoir énormément à ce producteur génial et fécond, une impressionnante, riche et diversifiée collection d’œuvres : au moins une quarantaine dans tous les domaines (astrologie, astronomie, médecine, histoire, géographie, sciences sociales, etc ..) dont une bonne partie a été généreusement offerte de son vivant à l’IFAN.

Cet enfant prodige du Fouta dont l’histoire est encore méconnue par certains, est né en 1864 à Gouriki Samba Diom, dans le Damga, et décédé à Ganguel Soulé, tout prés, en 1945.C’est l’illustre Cheikh Saad Bouh qui fit de lui un Cheikh vers 1886, aprés une trentaine d’études auprès des plus grands maîtres de l’époque au Fouta / Sénégal, en Mauritanie, et de voyages d’études au Fouta Djallon, en Guinée, et au Mali. Cet encyclopédiste hors pair du 20ème siècle a reçu de ses contemporains de nombreux et forts élogieux témoignages parmi les savants et les guides religieux les plus éclairés de son époque (Cheikh Saad Bouh, Cheikh Amadou Bamba Bâ, El Hadji Malick SY, Thierno Seydou Nourou Tall, etc …). Cette considération et cette reconnaissance par ses pairs qui le plaçaient au dessus du lot sont admirablement résumées dans cette fameuse citation d’un arabologue émérite de la période coloniale Paul Marty, rapporté par feu Amar Samb de l’IFAN dans sa thèse de dotorat “Essai sur la contribution du Sénégal à la littérature d’expression arabe“,”si on comparaît ce Cheikh avec dix savants de Sénégal, il l’emporterait sur eux“. Son mausolée, inaugurée en mai 1999 par Abdoulaye Elimane Kane, ancien ministre de la culture, vient d’être classé en 2003 monument historique. Par ailleurs, une de ses oeuvres maîtresses “Fleurs des Jardins sur l’Histoire des Noirs“,a le tome 1 disponible aux éditions CNRS à PARIS, et il reste 3 tomes à traduire en français de cet ouvrage par l’IRD de Paris sous la direction de Jean Schmitz.

La bibliothèque sera mise à la disposition de toute la communauté scientifique sénégalaise et permettra également de revisiter la vie et l’oeuvre de Saint Homme. Il fut également rappeler que la bibliothèque sera numérisée pour répondre aux mutations technologiques

senescoop