PV provenant du nord: YAW décèle des irrégularités et demande le report de la publication des résultats

0

Depuis deux jours, les coalitions par le biais de leurs mandataires, sont présents dans les locaux de la Commission nationale de recensement des votes. Ceci dans le cadre d’un contrôle avant la publication des résultats officiels des élections législatives du 31 juillet dernier. Lors d’un point de presse, tenu dans la soirée de ce mercredi 03 août, l’inter-coalition Yewwi-Wallu dit avoir décelé des irrégularités dans des départements situés dans le nord du pays.

L’annonce a été faite par Déthié Fall, mandataire de la coalition Yewwi Askan wi. « Depuis hier à 12h, nous sommes dans les locaux de la commission nationale de recensement. C’est ainsi que nous nous nous sommes particulièrement intéressés à certains procès verbaux dont les écarts ont attiré notre attention », explique-t-il Poursuivant, le mandataire affirme « que les écarts entre Benno Bokk Yakaar et les autres coalitions étaient étonnants » dans notamment quatre départements. Il s’agit selon Déthié Fall de Ranérou, Podor, Matam et Kanel.

Des zones dans lesquelles, il dit avoir répertorié « des PV sans signatures des représentants des coalitions » et d’autres « sans même la signature de l’administration ». Comme l’appelle Déthié Fall, « des PV sans aucune valeur ». Pour conforter ces affirmations, Déthié Fall s’est mis à lister, avec précision, un certain nombre de communes et de bureaux de vote.

Et d’après Moussa Tine, « dans ce genre de situation, il n’y a que deux possibilités, soit il y a eu bourrage d’urne, soit il y a eu des bureaux fictifs ».

L’opposition accuse ainsi le pouvoir de vouloir manipuler les résultats issus des urnes pour dit-elle « rattraper le gap au niveau des grandes villes afin d’obtenir une majorité ». Par contre, elle ne compte pas se laisser faire.

Pour sa part, Khalifa Sall a tenu à alerter : « Ce qui se prépare n’augure rien de bon. Il s’agit de cas de fraude et de vol du suffrage des Sénégalais et nous ne l’accepterons pas ». Dans la même dynamique, Cheikh Youm du PUR considère que cette fois-ci, « c’est au peuple de dire stop à l’Etat du Sénégal ».