Révélation du PV de l’affaire Ousmane Sonko : « Toutes les personnes qui concourent à cette procédure doivent être interrogées, y compris le procureur de la République » (Pr Samba Thiam)

0

La révélation du procès-verbal des auditions de l’affaire Ousmane Sonko, alors que l’enquête n’a pas encore été bouclée a suscité moult interrogations. Le professeur Samba Thiam a estimé, dans un entretien qu’il a accordé à Dakaractu, que c’est une violation du secret professionnel. Selon lui, c’est la loi qui demande à toutes les personnes qui participent à une procédure d’enquête surtout quand il s’agit des droits de la défense, de garder le secret des auditions et enquêtes.
 
Sur cette question, l’avocat à la Cour a fait savoir que la loi dit que les professionnels, y compris les avocats, doivent aussi observer le secret. « Il y a l’article 363 du Code pénal qui prévoit la violation du secret professionnel comme étant un délit d’infraction. La sanction pourra être d’un mois jusqu’à 6 mois sans préjudice de la peine d’amende », a précisé la robe noire.
 
Les responsables de cette fuite, dit-il, sont toutes les personnes qui concourent à cette procédure et elles devraient être interpellées, interrogées pour voir si cette fuite ne provient pas d’eux, y compris le procureur de la république. « Les avocats qui reçoivent aussi à un certain moment les procès-verbaux engagent leurs responsabilités. Mais la difficulté consistera à enquêter jusqu’à savoir d’où vient cette publication », a-t-il dit. Il avoue que cette fuite ne peut pas sortir du cercle des personnes citées ci-dessus.
 
Concernant l’affaire Ousmane Sonko, le Pr Thiam rejette toute thèse allant dans le sens d’un complot. « Honnêtement, je ne peux pas croire à un complot. Je pense que c’est une chose que tout un chacun a la possibilité de porter auprès des autorités constituées. On ne peut pas à priori penser à un complot », a-t-il souligné avant d’indiquer que les acteurs sont en train d’observer pour savoir la conduite de cette plainte. Parce que, explique le juriste, le procureur pourrait classer l’affaire sans suite vu sa prérogative de continuité des poursuites et en ce moment-là, la partie poursuivie peut se retourner contre eux…

Dakaractu